19 janvier 2007

La "cagade" de la semaine

A M.Le maire de Bar sur Loup qui, depuis deux ans que le PLH ( plan local de l’habitat ) de la Casa existe, n’a toujours pas mis en chantier le moindre logement social.

Il est vrai qu’il est plus entreprenant avec le consortium « lyonnaise des eaux - CGE»,  pour leur permis de construire une usine de traitement des boues de stations d’épuration et des boues des parfumeurs.

Est-ce que Bar sur Loup va devenir la poubelle de la CASA ?

Posté par gpiel à 11:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur La "cagade" de la semaine

    et le don du stade ?

    Je croyais que Monsieur Arcioni dans sa grande bonté avait proposé de donner le stade de Bar-sur-Loup afin d'y faire du logement social ?
    J'ai lu également qu'il n'y avait pas dans le village de garderie, de crèche, de centre aéré avant 8 ans, pas de médiathèque, pas de ludothèque, pas de maisons des jeunes pour les adolescents, pas de salle de jeux, ....

    et que Monsieur le Maire avait reçu en 2004 la Lyonnaise et la Générale pour ne pas les citer. Ces deux sociétés qui gèrent diverses stations urbaines d'épuration dans l'ouest du département dont celles des communes de la Casa, de Grasse et de Cagnes sur Mer l'ont informé alors que les sous produits de l'épuration des eaux étaient pour le moment traités en dehors du département, situation qui n'était pas défendable vis-à-vis des autorités. Cela tombait bien car elles avaient à proposer un projet pour une installation sur la zone d'activité de la Sarrée d'une unité thermique de séchage des boues qui sont destinées à finir dans les fours des cimenteries de la Vallée du Paillon.
    Monsieur le maire a alors pris conseil technique auprès de la société mane car comme l'usine est voisine elle a besoin d'une certaine qualité d'air.
    Avis des élus de la CASA a été demandée, une étude indépendante pour évaluer les dispositifs mis en place pour protéger l'environnement de risques éventuels promise a t'elle été menée ? Quoi qu'il en soit le permis de constuire est accordé, l'autorisation d'exploitation également il semble qu'il n'y ait pas eu d'étude d'impact car les premières habitations étaient éloignées de plus de 650 mètres. Le Bureau d'étude créé pour promouvoir le projet disait : qu'"il n'y avait aucune risque de pollution de l'air ou de l'eau ; que des analyses approfondies avaient été demandées par la commune et par Jean Mane industriel voisin, du projet et qu'elles ont été si exhaustives qu'elles sont uniques à ce jour en France ....Les mesures sur une usine de séchage similaire, en fonctionnement à Bordeaux, ont montré que l'air traité par la désodorisation est bien plus pur que l'air ambiant. Quant aux risques pour la nappe phréatique, ils sont inexistants puisque tout le processus est réalisé en milieu étanche et qu'il n'y a aucune rejet dans le milieu naturel".
    Bref tout est pour le mieux dans le meilleur des monde possible.

    Posté par ziane Evelyne, 03 mars 2007 à 19:00 | | Répondre
  • et le don du stade ?

    Je croyais que Monsieur Arcioni dans sa grande bonté avait proposé de donner le stade de Bar-sur-Loup afin d'y faire du logement social ?
    J'ai lu également qu'il n'y avait pas dans le village de garderie, de crèche, de centre aéré avant 8 ans, pas de médiathèque, pas de ludothèque, pas de maisons des jeunes pour les adolescents, pas de salle de jeux, ....

    et que Monsieur le Maire avait reçu en 2004 la Lyonnaise et la Générale pour ne pas les citer. Ces deux sociétés qui gèrent diverses stations urbaines d'épuration dans l'ouest du département dont celles des communes de la Casa, de Grasse et de Cagnes sur Mer l'ont informé alors que les sous produits de l'épuration des eaux étaient pour le moment traités en dehors du département, situation qui n'était pas défendable vis-à-vis des autorités. Cela tombait bien car elles avaient à proposer un projet pour une installation sur la zone d'activité de la Sarrée d'une unité thermique de séchage des boues qui sont destinées à finir dans les fours des cimenteries de la Vallée du Paillon.
    Monsieur le maire a alors pris conseil technique auprès de la société mane car comme l'usine est voisine elle a besoin d'une certaine qualité d'air.
    Avis des élus de la CASA a été demandée, une étude indépendante pour évaluer les dispositifs mis en place pour protéger l'environnement de risques éventuels promise a t'elle été menée ? Quoi qu'il en soit le permis de constuire est accordé, l'autorisation d'exploitation également il semble qu'il n'y ait pas eu d'étude d'impact car les premières habitations étaient éloignées de plus de 650 mètres. Le Bureau d'étude créé pour promouvoir le projet disait : qu'"il n'y avait aucune risque de pollution de l'air ou de l'eau ; que des analyses approfondies avaient été demandées par la commune et par Jean Mane industriel voisin, du projet et qu'elles ont été si exhaustives qu'elles sont uniques à ce jour en France ....Les mesures sur une usine de séchage similaire, en fonctionnement à Bordeaux, ont montré que l'air traité par la désodorisation est bien plus pur que l'air ambiant. Quant aux risques pour la nappe phréatique, ils sont inexistants puisque tout le processus est réalisé en milieu étanche et qu'il n'y a aucune rejet dans le milieu naturel".
    Bref tout est pour le mieux dans le meilleur des monde possible.

    Posté par ziane Evelyne, 03 mars 2007 à 19:00 | | Répondre
Nouveau commentaire